Le forum ludique du VDF
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Printemps 1813, bons baisers de Russie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SP
Maitre du monde
Maitre du monde
avatar

Nombre de messages : 5591
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Printemps 1813, bons baisers de Russie   Jeu 11 Jan 2018 - 17:37



Au cours des premiers mois de 1813, après les départs de Napoléon et de Murat, c'est le prince Eugène qui eut l'immense plaisir de ramener les restes de la défunte Grande Armée à l'ouest du Niemen. Le grand chef, cependant, ne le laissait pas sans instruction : afin d'obliger les Russes à disperser leurs efforts et ralentir leur progression vers l'ouest, Eugène devait laisser de puissantes garnisons dans les forteresses polonaises et prussiennes, principalement à Dantzig où dut s'enfermer Rapp avec plus de 30 000 hommes. Dans le même temps, le vice-roi d'Italie devait tenir sur la Vistule ou l'Oder, afin de permettre à l'Empereur de ramener une toute nouvelle armée apte, sinon à reprendre l'offensive, du moins à stopper celle des Russes et à imposer une paix de compromis au tsar Alexandre.

Las, il s'avéra bien vite que la situation était intenable. Avec des forces qu'il n'avait pas été possible de recompléter et qui s'étaient de fait encore affaiblies, Eugène dut abandonner une ligne de défense après l'autre et, finalement, dût évacuer Berlin début mars malgré les objurgations de Napoléon.
Le gouvernement prussien, ayant déjà tacitement validé son retournement, signa aussitôt un accord formel d'alliance avec la Russie et, le 11 mars, l'armée russe entrait dans Berlin en libératrice.


Oups, pardon, erreur d'image...



Pour l'empire français, la situation était plus que critique. Hambourg, récemment annexée, avait ouvert ses portes aux cosaques. L'Autriche, supposément alliée, proclamait une neutralité armée qui ressemblait sacrément, là aussi, à une menace de retournement. La Saxe, en première ligne face aux Russo-Prussiens, certes restait alliée mais ne se risquait pas à s'opposer militairement à l'avance ennemie. Tout indiquait que sans une reprise en main immédiate, c'est tout le système napoléonien qui menaçait de s'écrouler en quelques semaines.

Fin mars, cependant, la riposte pouvait commencer. Avec la mobilisation de 300 000 hommes, dont une bonne part de la classe 1814, et le rappel de nombreux vétérans d'Espagne, Napoléon put reformer une armée à même de redresser la situation. Le temps ne jouait cependant pas pour lui : s'il ne parvenait pas à reprendre Berlin et à rejeter les Russo-Prussiens au-delà de l'Oder, il ne faisait guère de doute que le camp ennemi se renforcerait d'une façon qui hypothèquerait vite toute chance de victoire. Il allait falloir rééditer la campagne de 1806, dans des conditions autrement plus difficiles qu'à la grande époque...



Dernière édition par SP le Jeu 11 Jan 2018 - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SP
Maitre du monde
Maitre du monde
avatar

Nombre de messages : 5591
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: Printemps 1813, bons baisers de Russie   Jeu 11 Jan 2018 - 17:57

Nous voici donc en pleine campagne dite "d'Allemagne". Napoléon, avec sa toute nouvelle armée d'Allemagne, vole à la rescousse de ce qui reste de la Grande armée (rebaptisée pour l'occasion "armée de l'Elbe") et doit mettre en un mois la raclée aux Prussiens et à leurs copains russes avant que beau-papa François ne s'interpose, le tout en évitant au maximum des pertes, surtout dans ses unités de vétérans et ses cavaliers en voie de disparition.

Côté buveurs de schnaps et de vodka, il faudra limiter la casse, conserver un maximum de positions à l'ouest de l'Oder (surtout Berlin) et, dans la mesure du possible, infliger des pertes aux Français, histoire de s'assurer un deuxième round tranquille quand Bernadotte et Schwarzenberg se décideront à se joindre à la fête.

Les affaires commencent le 25 avril 1813. Eugène est sur l'Elbe entre Magdebourg et Wittenberg... et c'est la seule chose sûre, car le reste des déploiements sera (relativement) libre. Historiquement les Russo-Prussiens ont foncé en Saxe fin mars / début avril, et Napoléon leur est tombé dessus depuis Erfurt, mais vous pourrez très bien faire différemment.
Les choses sont supposées se mener jusque fin mai / début juin : à un moment (décidé selon la situation militaire), il y aura une sympathique offre de médiation proposée par l'Autriche, qui ne vous laissera alors plus que quelques jours avant une fin abrupte à la partie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Printemps 1813, bons baisers de Russie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bons baisers de Russie ~ les liens de Sacha
» tessssst
» Bons baisers d'Alderande
» [Bourgoin-Jailleux] WHI au Printemps du Jeu les 12 et 13 Juin
» Recrute tacticiens pour campagne de russie 1812

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ludis Universalis :: Les Franco nach Berlin :: Coordination-
Sauter vers: