Ludis Universalis

Le forum ludique du VDF
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 1799, Italie : 3 ans après, bah c'est plus pareil...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SP
joueur dopé
joueur dopé
avatar

Nombre de messages : 4980
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: 1799, Italie : 3 ans après, bah c'est plus pareil...   Ven 12 Juin - 23:48

En mars 1799, le Directoire confie à Schérer, ministre de la guerre, le commandement de l'armée d'Italie, à charge pour lui de mener l'offensive vers Vérone et Venise depuis les bases solides de la République Cisalpine. Avec en simultané l'offensive de l'armée du Danube de Jourdan, il ne fait guère de doute que les valeureuses forces de la République prendront un avantage rapide sur la Deuxième Coalition encore loin d'avoir rassemblé ses forces.
Dans le même temps, la victoire étant certaine, la République peut poursuivre sa prise de contrôle de la confédération helvétique (il doit bien y rester quelque chose après le hold-up de Berne, et quand il s'agit de trouver de l'argent on peut compter sur Masséna...) et de Naples.

En moins d'un mois, tout tourne au désastre : Schérer est battu à plate couture devant Vérone et l'armée d'Italie reflue piteusement. Jourdan subit la 214e défaite consécutive de sa carrière à Stockach et doit se retirer vers la Suisse, heureusement sauvé par une énième dispute entre l'archiduc Charles et son frérot l'Empereur...

Et le pire reste à venir : Souvorov, légende vivante adulée par sa troupe (bien moins de son Tsar...), arrive à Vérone avec un corps expéditionnaire russe et reçoit aussitôt de l'Empereur le commandement en chef des forces alliées en Italie.



En quelques semaines, et en dépit de la satisfaction très mesurée de ses collègues autrichiens, le héros des guerres turques et boucher des guerres polonaises s'avère digne de sa réputation : les Français à nouveau battus, ils doivent abandonner toute la Lombardie, laissant une partie de leurs forces s'enfermer dans les places, tandis que le reste de l'armée d'Italie doit se retirer au delà de Milan.

Se convainquant qu'il serait peut-être temps de mettre quelques généraux compétents aux commandes, comme ça, pour voir, le Directoire se dit que, finalement, Moreau ce n'est pas si mal pour essayer de recoller quelques morceaux. Et puis, après tout, McDonald est censé revenir de Naples d'ici peu...

En Suisse, l'archiduc Charles ayant résolu ses problèmes de passeport voudrait bien aussi se joindre à la fiesta anti-française avant la prochaine bouderie de son frangin.
Seul souci : Jourdan éloigné de tout soldat français, les choses risquent d'être un peu plus compliquées avec Masséna...


Le 1er mai, il est temps pour les Alliés de se remettre en route pour en finir. Et de faire tomber quelques forteresses, vite contournées les mois précédents. Et d'éviter la jonction entre Moreau et McDonald. Et de reprendre le contrôle de la Suisse. Et de préparer la future invasion de la France. Et de ne pas trop se fâcher entre alliés.
Bah, pas de raison de s'inquiéter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SP
joueur dopé
joueur dopé
avatar

Nombre de messages : 4980
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: LA SITUATION GENERALE   Sam 13 Juin - 13:00

Les opérations débutent le 1er mai 1799.

Les armées combinées alliées, dirigées par Souvorov, ont durant le mois d'avril mené une brillante offensive qui vient d'assurer le contrôle du Milanais. La zone contrôlée par les Alliés au départ est encadrée au sud par le Pô, à l'ouest par le Tessin et au nord par le Lac de Côme. Seul problème : plusieurs forteresses ont été rapidement contournées et peuvent constituer des épines dans le pied : c'est notamment le cas pour Mantoue, Ferrare, Crémone, Pizzighettonne et Peschiera, ainsi que pour la citadelle de Milan.




Les troupes françaises d'Italie, sévèrement étrillées, se sont retirées à l'ouest. Désormais aux ordres de Moreau, la situation n'est guère brillante, et il sera difficile de défendre le Piémont et la Ligurie si Souvorov reprend sa marche. L'espoir réside en la remontée de l'armée de Naples sous McDonald et dans le soutien des forces de Masséna en Suisse, où s'est regroupée l'armée du Danube.
Ces dernières ont cependant aussi leurs propres problèmes : l'armée d'Allemagne de l'archiduc Charles et l'armée du Tyrol de Bellegarde représentent une menace largement suffisante pour envisager une reconquête de la Confédération.

Pour ne rien arranger, les populations italiennes et suisses sont partout au bord de l'insurrection contre l'occupant français, et attendent les légions libératrices de Souvorov. Qui, de la Suisse à la Toscane en passant par le Piémont, la Lombardie et la Ligurie, vont avoir à gagner un don d'ubiquité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
1799, Italie : 3 ans après, bah c'est plus pareil...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'après Roi Liche
» Choisir la face du héros après avoir choisi sa classe [Résolu]
» Mordheim, ou comment arriver après la bataille...
» Beug après compilation! [résolu]
» Après 3 ans sur dofus ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ludis Universalis :: Archives :: Les franco en Italie (et en Suisse) :: Forum neutre (pour une fois, pas suisse...)-
Sauter vers: