Ludis Universalis

Le forum ludique du VDF
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 TOP SECRET : Rapport du Ministre de la Guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SP
joueur dopé
joueur dopé
avatar

Nombre de messages : 5117
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: TOP SECRET : Rapport du Ministre de la Guerre   Mar 3 Nov - 18:07

Rapport du ministre de la Guerre à Sa Majesté l’Empereur des Français, en date du 22 juillet 1815

Votre Majesté,

l’avance de l’armée bavaroise vers Paris par la route de Châlons-sur-Marne a conduit Votre Majesté à prendre diverses mesures d’urgence nationale dont nous pouvons louer la prévision. J’ai tenté de pourvoir, dans la mesure du possible, à leur application.
En accord avec Votre Majesté, les unités en formation dans le secteur de la capitale ont été complétées dans l’urgence. Trois divisions d’infanterie et deux divisions de cavalerie ont ainsi pu prendre position en avant de la capitale dès la mi-juillet. On peut raisonnablement supposer que c’est cet engagement précipité qui fit que l’armée ennemie renonça à une marche plus avancée vers Paris afin de se concentrer sur la prise de Reims. Nos derniers renseignements indiquent cependant que les avant-gardes bavaroises approchent de Château-Thierry : il est vraisemblable que la ville sera déjà entre leurs mains à l’heure où vous lirez ce rapport.

Les rapports sur les effectifs des armées ennemies manquent, essentiellement du fait de l’avance rapide de ces dernières au cours des dernières semaines. Les armées de l’Est et du Jura, sous les commandements des généraux Rapp et Lecourbe, sont désormais isolées et, malgré leur résistance, ne peuvent que fixer une partie des armées ennemies autour de Strasbourg, Colmar et Belfort. Il est donc vraisemblable que les gros des armées autrichiennes et russes, sous Schwarzenberg et Barclay de Tolly, soient en mesure de mener l’offensive vers Paris sous peu. Dans ce cas de figure, les estimations de leur force entièrement groupée oscillent entre 300 000 et 400 000 hommes.
Cependant, il est à noter que l’avance rapide de nos ennemis a vraisemblablement dispersé leurs forces. Pour le moment, les seules formations clairement identifiées sont celles de l’armée bavaroise du maréchal de Wrède et le corps allemand du Prince Guillaume de Württemberg.
La première est évaluée à au moins 40 000 hommes, déployées désormais entre Reims au nord et Sézanne au sud, avec une avant-garde à Château-Thierry. La combativité des Bavarois est inconnue, mais leur armée organisée sur notre modèle n’est pas à négliger.
La formation du Prince de Württemberg s’est emparée de Langres au début du mois et a progressé lentement sur la route de Troyes. Il est vraisemblable qu’à l’heure où vous lirez ce rapport la ville, aux défenses affaiblies par rapport à l’année dernière, soit déjà tombée. Les effectifs de cette formation de même que sa combativité sont inconnus, même s’il est peu probable que l’on ait affaire à la principale colonne ennemie.
L’armée autrichienne s’étant principalement engagée en Italie, l’armée du maréchal Schwarzenberg, pour nombreuse qu’elle soit, sera vraisemblablement en partie composée de contingents allemands hétérogènes et de qualité douteuse. L’armée autrichienne elle-même est de qualité mais demeure lourde et peu manœuvrante, et son commandement a montré l’année précédente des limites brillamment exploitées par Votre Majesté – que je félicite encore, n’en ayant pas eu l’occasion alors, isolé que j’étais à défendre en Votre nom la place d’Hambourg.
L’armée russe, dont les colonnes se sont rassemblées dans le Palatinat et en Sarre au début du mois de juillet, est beaucoup plus homogène et son commandement, sous le maréchal Barclay de Tolly, est certainement plus redoutable.

Les unités dévolues à la défense de la capitale, renforcées par des auxiliaires issues de la garde nationale et de volontaires fédérés, ont été regroupées sous la dénomination d’ « Armée de Paris ».
Après que Votre Majesté m’ait indiqué son refus d’accéder, une fois de plus, à la demande de retour en service actif du Duc de Reggio ; qu’elle m’ait signifié de demeurer à mon poste au ministère (j’obéis, Majesté, j’obéis) ; que le Duc de Tarente ait à nouveau respectueusement décliné tout commandement actif ; j’ai sur l’instruction de Votre Majesté contacté le maréchal Suchet, Duc d’Albufera, à son quartier général de Grenoble. Ayant transmis l’autorité de l’armée des Alpes au général Dessaix, le Duc d’Albufera a pris ses fonctions de commandant en chef de l’armée de Paris ce matin même. Le corps de cavalerie a quant à lui été confié au général Sébastiani, comte de La Porta.
Le général Lamarque, rappelé par Votre Majesté après son succès en Vendée, a quant à lui pris le commandement du corps de la Loire, constitué d’un ensemble d’unités rapidement assemblées mais d’une qualité globalement supérieure à celles du reste de l’armée de Paris.
Au total, le Duc d’Albufera espère disposer d’ici la fin du mois d’environ 60 000 hommes. Il est possible que nous puissions lui faire parvenir d’autres renforts au cours du mois d’août, mais Votre Majesté ne doit pas s’illusionner quant à leur nombre ou leur qualité, la mise en défense de la capitale demandant déjà de lourds efforts.

Sous l’autorité de Votre Majesté, le gros de l’armée du Nord a opéré une conversion vers le sud, environ 75 000 hommes au total. Seuls demeurent en Belgique les corps du comte de Lobau et du général Gérard, afin de surveiller l’armée prussienne brillamment étrillée par Votre Majesté il y a moins d’un mois.
Selon les plans désirés par Votre Majesté, l’armée du Nord peut se déployer entre Compiègne et la Meuse, afin de frapper l’armée bavaroise et espérer la prendre en flagrant délit. Si Votre Majesté autorise ma remarque, plus Votre Majesté choisira d’attaquer à l’est, plus elle aura de chances d’isoler l’armée du maréchal de Wrède ; cependant, elle risquera fort de se heurter rapidement aux plus puissantes colonnes alliées.
Si Votre Majesté le désire, elle peut également déployer plus au sud la garde impériale et la réserve de cavalerie, afin d’agir en coordination avec l’armée de Paris du Duc d’Albufera, laissant à mes camarades le Prince de la Moskowa et le Comte de Grouchy l’honneur de diriger l’armée du Nord.


Quoi qu’il en soit, je rappelle à Votre Majesté l’urgence d’un succès rapide et décisif. La tension dans la capitale demeure importante, et il est vraisemblable que l’approche des armées alliées n’ait des conséquences funestes. De plus, les derniers rapports du comte de Lobau ont clairement laissé entendre que l’armée du maréchal Blücher ne cessait de se renforcer et serait très certainement en mesure de reprendre l’offensive d’ici septembre, peut-être même avant si nos éventuelles déconvenues en France devaient l’encourager. Pour toutes ces raisons, je souhaite à Votre Majesté et à mes camarades, dont j’envie l’honneur de servir directement aux affaires des armes, tout le succès et la chance nécessaires à la tâche formidable qui les attend.


Votre dévoué serviteur,

Louis-Nicolas Davout, Duc d’Auerstaedt, Prince d’Eckmühl, maréchal de France, ministre de la Guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SP
joueur dopé
joueur dopé
avatar

Nombre de messages : 5117
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: TOP SECRET : Rapport du Ministre de la Guerre   Mar 3 Nov - 18:39

CARTE DE SITUATION, LE 25 JUILLET 1815




Les points représentent les garnisons (françaises et ennemies, pour celles identifiées). Les rectangles des formations ennemies localisées.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SP
joueur dopé
joueur dopé
avatar

Nombre de messages : 5117
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: TOP SECRET : Rapport du Ministre de la Guerre   Mar 3 Nov - 18:44

Ordre de bataille de l’armée française, 25 juillet 1815


Commandant en chef
: EMPEREUR NAPOLEON Ie
Chef d’Etat-Major : Maréchal SOULT

ARMEE DU NORD

Commandants : MARECHAL NEY, MARECHAL GROUCHY

· Ie Corps – général Drouet d’Erlon
1e Division (général Quiot) : 4000 hommes, très expérimentés, très bon moral
2e Division (général Donzelot) : 4000 hommes, très expérimentés, très bon moral
3e Division (général Marcognet) : 4000 hommes, très expérimentés, très bon moral
4e Division (général Durutte) : 5000 hommes, très expérimentés, très bon moral
1e Division de cavalerie (général Jaquinot) : 2000 cavaliers légers, très expérimentés, très bon moral
Réserve d’artillerie du Ie corps (général De Salles) : batterie moyenne

· IIe Corps – général Reille
5e Division (général Bachelu) : 4000 hommes, très expérimentés, très bon moral
6e Division (Prince Jérôme) : 6000 hommes, très expérimentés, très bon moral
7e Division (général Girard) : 4000 hommes, très expérimentés, très bon moral
9e Division (général Foy) : 5000 hommes, très expérimentés, très bon moral
2e Division de cavalerie (général Piré) : 2000 cavaliers légers, très expérimentés, très bon moral
Réserve d’artillerie du IIe corps (général Pelletier) : batterie moyenne

· IIIe Corps – général Vandamme
8e Division (général Lefol) : 4000 hommes, très expérimentés, très bon moral
10e Division (général Habert) : 6000 hommes, très expérimentés, très bon moral
11e Division (général Berthezène) : 5000 hommes, très expérimentés, très bon moral
3e Division de cavalerie (général Domon) : 1000 cavaliers légers, très expérimentés, très bon moral
Réserve d’artillerie du IIIe corps (général Dougereau) : batterie moyenne


ARMEE DE PARIS

Commandant : MARECHAL SUCHET

· Corps principal
28e Division (général Mathieu) : 5000 hommes, peu expérimentés, bon moral
29e Division (général Molitor) : 6000 hommes, peu expérimentés, bon moral
31e Division (général La Bédoyère) : 5000 hommes, peu expérimentés, bon moral
Réserve d’artillerie de Paris (général l’Allemand) : batterie moyenne

· Corps de défense de Paris – général Durosnel
1e Division de Gardes Nationaux : 7000 hommes, peu expérimentés, moral tangent
2e Division de Gardes Nationaux : 8000 hommes, peu expérimentés, moral tangent
Corps de Fédérés : 8000 hommes, peu expérimentés, moral tangent

· Ve Corps de Cavalerie – général Sébastiani
15e Division de cavalerie : 2000 cavaliers légers, expérimentés, très bon moral
16e Division de cavalerie : 2000 cavaliers moyens, expérimentés, très bon moral

· Corps de la Loire – GENERAL LAMARQUE
30e Division (général Brayer) : 6000 hommes, expérimentés, très bon moral
Division de la Loire : 4000 hommes, peu expérimentés, bon moral
Corps de volontaires de l’ouest : 5000 hommes, peu expérimentés, moral moyen
Chasseurs de la Loire : 2000 cavaliers légers, expérimentés, bon moral


RESERVE GENERALE

· Garde impériale – général DROUOT
Grenadiers de la Garde (général Friand) : 3000 hommes, élite, moral exceptionnel
Chasseurs à pied de la Garde (général Morand) : 4000 hommes, élite, moral exceptionnel
Jeune Garde (général Duhesme) : 4000 hommes, très expérimentés, moral exceptionnel
Cavalerie légère de la Garde (général Lefebvre-Desnouëttes) : 2000 cavaliers légers, très expérimentés, moral exceptionnel
Cavalerie lourde de la Garde (général Guyot) : 2000 cavaliers lourds, très expérimentés, moral exceptionnel
Réserve d’artillerie (général Desvaux) : batterie très puissante


Commandant de la réserve de cavalerie : MARECHAL MURAT

· Ie Corps de Cavalerie – général Pajol
4e Division de cavalerie (général Soult) : 2000 cavaliers légers, très expérimentés, très bon moral
5e Division de cavalerie (général Subervie) : 1000 cavaliers légers, très expérimentés, très bon moral

· IIe Corps de Cavalerie – général Exelmans
9e Division de cavalerie (général Stroltz) : 2000 cavaliers moyens, très expérimentés, très bon moral
10e Division de cavalerie (général Chastel) : 1000 cavaliers moyens, très expérimentés, très bon moral

· IIIe Corps de Cavalerie – général Kellermann
11e Division de cavalerie (général l’Héritier) : 2000 cavaliers lourds, très expérimentés, moral exceptionnel
12e Division de cavalerie (général d’Hurbal) : 2000 cavaliers lourds, très expérimentés, moral exceptionnel

· IVe Corps de Cavalerie – général Milhaud
13e Division de cavalerie (général Watier) : 1000 cavaliers lourds, très expérimentés, moral exceptionnel
14e Division de cavalerie (général Delort) : 2000 cavaliers lourds, très expérimentés, moral exceptionnel


Dernière édition par SP le Dim 8 Nov - 22:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SP
joueur dopé
joueur dopé
avatar

Nombre de messages : 5117
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: TOP SECRET : Rapport du Ministre de la Guerre   Mar 3 Nov - 19:22

Présentation générale – situation française

Durée des opérations :
- Du 25 juillet au 25 août 1815

Déploiement initial :
- Armée du Nord et Armée de Paris dans les zones correspondantes. Une division de l’armée de Paris à Meaux, Nogent et Sens.
- Réserve générale à répartir entre l’Armée du Nord (zone de déploiement de cette armée) et l’Armée de Paris (zone de déploiement délimitée par la ligne discontinue).
- Suchet à Paris, Lamarque avec n’importe unité du corps de la Loire, Ney et Grouchy avec n’importe quelle unité de l’armée du Nord, Napoléon à Paris ou avec n’importe quelle unité de la Garde impériale. Murat avec n'importe quelle unité de cavalerie.

Organigramme de commandement :
- Napoléon commandant suprême.
- Ney peut commander des troupes des deux armées.
- Suchet et Lamarque ne peuvent commander que des troupes de l’armée de Paris.
- Grouchy ne peut commander que des troupes de l’armée du Nord.
- Murat peut commander n'importe quel groupement de cavalerie, y compris en mélangeant les unités des deux armées et de la réserve.
- A partir du 5 août, Napoléon peut réorganiser tout l’organigramme.

Garnisons et défenses :
- Paris est défendue par 5 000 hommes au départ, 10 000 à partir du 5 août, 15 000 à partir du 15 août.
- Charleville-Mézières, Rethel, Laon, Soissons, Compiègne, Sens, Auxerre et Orléans sont tenues par des garnisons de 1 000 hommes.
- Fortifications à Charleville, Rethel, Laon, Soissons. Fortifications importantes à Paris.

Renforts :
- Quelques divisions supplémentaires devraient rejoindre l’armée de Paris à partir du 5 août.
- Disponibilité (aléatoires) de remplacements permettant de combler les pertes à partir du 1er août, depuis Paris.

Bases logistiques :
- Paris pour toute l’armée et le bord nord de la carte pour l’Armée du Nord.
- Une unité française est considérée isolée dès qu'elle est coupée de toute route directe (pas de contournement acrobatique avec des détours de 100km...) vers une base logistique.
- Une unité française isolée pendant plus de deux jours perd en efficacité et souffre d'attrition.

Météo :
- Beau temps mais risques de pluie ponctuelle

L’offensive de Blücher :
- Elle peut commencer à tout moment en août si la situation militaire est délicate.
- Napoléon ne pourra plus que remporter une victoire totale ou une victoire politique "à l'usure" le 25 août.

Conditions de victoire :
- Défaite immédiate en cas de prise de Paris ou d’arrivée à moins de 5 kilomètres de Paris d’un total d’au moins 100 000 alliés avant le 5 août ou après le déclenchement de l’offensive prussienne.
- Défaite immédiate en cas de capture ou mort de Napoléon.
- Grande victoire politique si à partir du 20 août les Alliés ne tiennent pas au moins 5 des villes suivantes : Compiègne, Soissons, Reims, Meaux, Châlons-sur-Marne, Troyes, Sens, Fontainebleau ou Orléans.
- Victoire totale immédiate dès que la majorité des grandes formations alliées initiales sont démoralisées.
- Défaite immédiate si la majorité des grandes formations françaises sont démoralisées.
- Victoire politique si aucune des conditions précédentes n’est remplie le 25 août. Seule possibilité de victoire en cas d’offensive prussienne.


Dernière édition par SP le Lun 9 Nov - 18:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SP
joueur dopé
joueur dopé
avatar

Nombre de messages : 5117
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: TOP SECRET : Rapport du Ministre de la Guerre   Mer 4 Nov - 19:37

Complément d'information (capital)


Potentiels de mouvements (sur routes)


- l'infanterie et l'artillerie se déplacent à 4km/h

- la cavalerie et les états-majors à 5km/h

- les patrouilles à 5 km/h

- les aides de camp (pour les missives) à 10 km/h

Ralentissements importants à prévoir en cas de pluie, et bien entendu si vous commencez à faire du hors-piste.


Encombrement des routes

- 1000 fantassins occupent 500 mètres

- 1000 cavaliers occupent 2 kilomètres

- l'artillerie n'est pas comptabilisée

- longueur des colonnes de marche divisée par 2 sur les routes principales (leur identification demeurant encore floue, le MJ se permettra d'avoir le dernier mot sur ce point)

Encombrement à l'arrêt

- 10000 hommes (fantassins ou cavaliers) couvrent 1 kilomètre carré

"Eclairage" des troupes

- Toute unité en bon état peut "voir" jusqu'à 5 kilomètres autour d'elle

- Les unités uniquement composées d'infanterie ou d'artillerie qui seraient trop fatiguées ou qui ont subi trop de pertes (au moins un tiers de leur effectif initial) ne "voient" plus qu'à 1 kilomètre autour d'elles - on considère que leurs quelques escadrons organiques de cavalerie légère sont décimés.

- Pour les reco, tant qu'il n'y a pas d'abus il n'y a pas de limite réelle.


Dernière édition par SP le Jeu 5 Nov - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SP
joueur dopé
joueur dopé
avatar

Nombre de messages : 5117
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: TOP SECRET : Rapport du Ministre de la Guerre   Sam 7 Nov - 18:13

Modification concernant le ravitaillement :

- Précision quant à l'isolement d'une unité française.
- Réduction de la période d'"autonomie" d'une unité isolée.


Précisions :

- Intégration de Joachim dans les règles de placement et de hiérarchie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SP
joueur dopé
joueur dopé
avatar

Nombre de messages : 5117
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: TOP SECRET : Rapport du Ministre de la Guerre   Lun 9 Nov - 18:13

Modification des conditions de victoire :

- recul de la date pour la grande victoire politique au 20 août.


Rajout de renforts :

- disponibilité de troupes de remplacement générées aléatoirement à partir du 1er août pour combler les pertes.



J'essaie de rééquilibrer un peu les chances des uns et des autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TOP SECRET : Rapport du Ministre de la Guerre   

Revenir en haut Aller en bas
 
TOP SECRET : Rapport du Ministre de la Guerre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Virtual Console Chapitre 9 : Suppositoire volant ou Robocop épatant, A la guerre comme à la guerre!
» [CR] "Talvisota" La guerre russo-finlandaise (1939-1940)
» TOP SECRET : Rapport du chef d'Etat Major impérial
» La Guerre au Garage et Dé Maudit [rapport de bataille]
» Rapport de bataille SDA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ludis Universalis :: Archives :: Les francos contre-attaquent sur la morne plaine :: Forum de la Grande armée de Marie-Louises-
Sauter vers: